Imprimer

Les livres

► Je ne pense plus voyager

► La librairie de la place aux Herbes



80 FOUCAULDJe ne pense plus voyager

François Sureau,
Gallimard, 154 pages, 15 €
 

Les lecteurs de La Croix lisent chaque mardi la chronique de dernière page signée François Sureau. Ils connaissent ce style abrupt et cependant empreint d’une sensibilité frémissante. C’est cette façon d’exprimer une pensée que l’on retrouve dans le livre que François Sureau consacre à Charles de Foucauld, le nouveau bienheureux. Loin d’être une hagiographie, Je ne pense plus voyager (dont le titre est une phrase tirée de la correspondance du P. de Foucauld, errant s’il en est) est le récit, minutieusement documenté, de l’itinéraire de l’ermite de Tamanrasset.

On découvre, à travers ce récit, une page méconnue de l’histoire de France, page située dans un contexte circonscrit par la personne de Charles de Foucauld, puisqu’il s’agit du récit d’une vie.

François Sureau, à son habitude, ne jette pas de fleurs sur son héros, loin de là, n’hésitant pas à faire ressortir ce que cette existence  a connu d’échecs, d’erreurs, d’apparente inutilité. Charles, le Petit Frère universel, n’a converti personne, n’a pas été le fondateur d’une œuvre… Sa mort elle-même est le fruit d’une erreur : on ne peut même pas dire qu’il est mort martyr de sa foi…

Que reste-t-il, alors? François Sureau, dans une langue austère bien que somptueuse, laisse transparaître un immense respect pour cet être si particulier, une admiration qui se situe au-delà des mots et fait de cette page d’histoire une véritable et sobre méditation sur le «Serviteur inutile» !

Andrée Penot



80 couv LA LIBRAIRELa librairie de la place aux Herbes

Éric de Kermel,
Éditions Eyrolles, 215 pages, 14,90 €

 

La librairie de la place aux Herbes à Uzès est à vendre! Nathalie, la Parisienne prof de lettres, saisit l’occasion de changer de vie et de réaliser son rêve dans cette belle ville du Gard. Devenue passeuse de livres, elle raconte l’histoire de ses clients, en même temps que la sienne et partage ses coups de cœur littéraires. 

Sous sa jolie couverture, La libraire de la place aux Herbes d’Éric de Kermel, journaliste et directeur de Bayard Nature et Territoires, est un conte charmant et rafraîchissant.  Parsemé de références à des auteurs à découvrir ou à redécouvrir et de réflexions sur la littérature, il nous montre combien les livres nous font du bien. En fin d’ouvrage, une liste des pépites qui nous attendent  sur les rayons de la librairie d’Uzès nous convie à nous adonner sans modération au plaisir de la lecture. 

         Monique Masson

 

► Catégorie : Numéro 80